Chapitre 3 : Larnaca – Tel Aviv

resized198resized199

resized1100resized1104

resized1102resized154

 

resized165resized169resized157

resized170resized159

 

resized161resized166

resized164resized167

 

resized168resized172

resized173resized177

resized174resized175resized176

 

resized178resized183resized182

 

resized180resized196

 

resized184resized186

 

resized190resized191

resized192resized193

Cela fait maintenant trois jours que je souhaite rédiger un compte-rendu, mais il y a toujours quelque chose qui m’en empêche : une sieste prolongée il y a 3 jours, la rencontre avec Mary dans mon Hostel à Jizr al Zarka avant hier et avec Heather á Mikmoret hier…

Je suis arrivé avec un peu de retard vers 2h30 du matin à l’aéroport Ben Gurion qui vit de toute évidence aussi bien la nuit que le jour. J’ai donc trouvé sans peine un bus (gratuit) dans lequel des israéliens m’ont gentiment accueilli et ont répondu à mes nombreuses questions. J’ai ensuite partagé un taxi avec un vénézuélien et une argentine qui se dirigeaient aussi vers le centre de Tel Aviv. Je me suis rendu ainsi dans l’hostel qui devait m’héberger la nuit suivante et j’ai pu trouver un lit pour prendre quelques heures de repos avant le lever du soleil…
Je suis resté un jour complet dans cette ville grouillante, épanouie, enivrante où se côtoient en harmonie (apparente ?) musulmans, juifs et touristes venant des quatre coins de la planète. Les plaques de signalisation sont d’ailleurs rédigées dans dans les trois alphabets courants.
Dans cette ville, on passe en douceur des maisons millénaires de Old Jaffa aux immeubles Bauhaus des années 30 qui encerclent des immeubles ultramodernes. On sert toutes les cuisines, on profite de tout les plaisirs de la plage, on court, on fait du vélo (le plus souvent électrique). Cette ville n’est ni occidentale, ni orientale. Rien ne choque, tout semble permis, même l’excès. Attention cependant, tout se fait sous le contrôle vigilent d’une police locale très présente (dont on m’a dit que les pouvoirs étaient très étendus).
En Israël, on prétend qu’à Jérusalem on prie, à Tel Aviv on fait la fête et à Haïfa on travaille. Je suis donc entré par la place festive du pays🙂.
Le lendemain matin, j’ai pris le départ pour Haïfa (point de départ de ma marche en Israël) en sherout (sorte de camionnette-taxi collectif). Le principe de ce moyen de locomotion est que le chauffeur attend que le véhicule soit correctement rempli avant de prendre le départ.
Je ne suis resté qu’une après-midi et une nuit á Haïfa ce qui ne m’a permis de visiter qu’en toute hâte un quartier qui abrite une colonie russe importante et le sanctuaire Baha’i où repose la dépouille d’un des deux fondateurs de cette religion qui n’a ni prêtre ni culte. Elle compte environ 7 millions d’adeptes dans le monde et prône l’égalité des sexes, des races, des religions.
C’est dans mon auberge à Haïfa que j’ai fait la rencontre de Anne, une compatriote bilingue avec laquelle j’ai papoté un long moment.
J’aime honorer un pays en effectuant une belle première marche sur son territoire. Ce fût le cas en Grèce, en Turquie, à Chypre et j’ai fait de même ici en parcourant un marathon entre Haïfa et le village arabe de Jizr al Zarka. Ce village authentique de pécheurs est très isolé. Il abrite en effet une colonie de descendants d’anciens esclaves africains et personne en Israël ne semble vouloir se mêler à eux. J’ai reçu un excellent accueil de Ahmed dans la seule auberge que compte ce village. J’y ai marché sans risque à la nuit tombée et suis parti au petit matin. C’est là aussi que j’ai rencontré Mary, une américaine qui profite de son séjour pour passer dans les écoles défavorisées et donner gracieusement des cours de dessin. Une belle rencontre !!!
C’est durant la deuxième étape entre Mikmoret et Jizr al Zarka que j’ai rejoint le très sportif Israël National Trail, sentier de randonnée d’environ 1000 km qui traverse tout le pays. Beaucoup de passages dans la roche, marche longue et difficile dans le sable, mais en contrepartie, il vous fait passer par de nombreux points d’intérêt historique de la région et cela dans un cadre vraiment magnifique. J’ai ainsi pu observer les ruines des sites de Césarée et d’Apollonia et profiter du spectacle des falaises qui bordent cette partie du littoral (avec des passages parfois techniques entre la falaise et la mer).
L’accueil est vraiment cordial où que je passe. C’est ainsi que le responsable de la guérite d’un kibboutz m’a évité un long détour en m’invitant à passer par le centre. J’y étais entré depuis 5 minutes à peine qu’une mère et sa fille me proposaient de manger en leur compagnie. Je me sens vraiment très à l’aise dans ce pays.
C’est dans mon hostel à Mikmoret que j’ai fait la connaissance de Heather, une bénévole américaine et Dotan un Israélien pur souche. J’ai passé ainsi une très agréable après-midi et une bonne soirée.
Départ de très bonne heure le lendemain matin. Je n’avais en effet rien réservé car les hôtels de Netanya étaient très chers et je souhaitais pousser jusqu’à Tel Aviv. Deux choix s’offraient à moi : une route asphaltée de 39 km ou un chemin côtier dont j’ignorais le parcours précis. J’ai choisi l’aventure… et suis arrivé heureux mais bien fatigué 40 km plus loin. C’est le long de ce parcours que j’ai rencontré deux jeunes trekkeurs israéliens et Nathan, un monsieur de 76 ans ancien triathlonien qui fait encore son jogging quotidien de 10 km. Il m’a quitté après avoir parcouru 6 km en ma compagnie, m’a donné son numéro de téléphone en cas de soucis et m’a proposé de loger chez lui quelques jours si je le souhaitais.

resized194
J’ai oublié de vous dire que les trois israéliens (Moshe en Espagne et Ran et Tami en France) que j’avais croisé il y a plusieurs mois durant ma marche m’ont tous proposé de me rencontrer durant mon séjour.
Il me reste ce soir 80 km pour atteindre Jérusalem (qui sonnera la fin de ma longue marche). Je les ferai avec mon grand ami Luc qui me rejoint ce soir. Je me réjouis d’avance des quelques jours que nous allons passer ensemble🙂.

Anecdotes :

A) L’exception qui confirme la règle.
Je suis vraiment toujours bien reçu par les populations locales et cela à une exception près. Je cherchais l’emplacement du National Trail lorsque je me suis approché de la guérite d’une grosse entreprise de gaz afin de demander mon chemin. Je n’étais pas à 15m lorsque le préposé sortit de sa petite cage en me faisant un signe que je n’ai de toute évidence pas assez vite interprété à son goût. Je n’eut pas le temps de faire 5m de plus qu’il brandit sa mitraillette en signe de menace. J’avoue ne pas avoir demandé mon reste et ai tourné les talons…

B) Je suis né sous une bonne étoile🙂.
Je fêtais mon anniversaire le jour précis de ma traversée entre la Turquie et Chypre. Le destin m’offrit deux cadeaux :
Le premier sous la forme de Anke et Thorsten, un couple de sympathiques bikers au long cours allemands qui firent la traversée avec moi. J’étais vraiment aux anges quand je les ai vu car l’ambiance était franchement turco-turque. Pas un touriste à bord. Nous avons passé une bonne partie de la nuit à discuter voyages. Ils sont sur la route pour plus d’un an et font une sorte de tour du monde.
Il ne me manquait plus qu’un gâteau d’anniversaire pour que la fête soit complète. J’ai dû être un peu plus patient. Après ma journée de marche fatigante, vu la petite nuit passée couché sur le sol du bateau, j’ai décidé de m’offrir un bon repas à Nicosie. Il n’y avait que peu de monde dans le restaurant mais un couple et un enfant en bas âge sont venus s’assoir juste à ma gauche. Quelle ne fût pas ma surprise lorsqu’à la fin de leur repas, la femme découpa un gâteau d’anniversaire et m’en offrit spontanément une part. C’était l’anniversaire de son mari qui fêtait ses 37 ans. Quelle coïncidence étrange !!! Combien de chance avais-je en effet que quelqu’un fête son anniversaire le même jour que moi dans ce restaurant ? Et combien de chances avais-je que l’épouse m’en offre une part ? (Rajoute de Sophie : ne pas sous-estimer le 6ème sens de l’épouse).

Quelques photos en annexe (les photos devraient bientôt être classée pour que vous puissiez vous y retrouver)

A bientôt pour mes dernières aventures🙂…

<

5 réflexions sur « Chapitre 3 : Larnaca – Tel Aviv »

  1. Que d’ aventures dis donc…je suis très contente de suivre ton voyage qui, si mes souvenirs sont exacts…doit se terminer bientôt!
    Amitiés de Michel et Dominique

  2. Et toi tu nous racontes … comme ca … que c’est bientôt la fin de ton périple. C’est dingue, je ne l’imagine même pas, TU Y ES (presque) ARRIVÉ ! Quelle audace. Je serai tellement content de te retrouver … Pour fêter encore ton anniversaire 😉 Bonne dernière semaine avec to ami Luc. Damien

  3. allleeeezzz l’équivalent de quelques marathons … et ce sera bouclé. Que de chemins depuis fin mars dernier. Respect total. Profite de ces derniers jours sur la terre promise … et déjà welcome back home.
    jeepee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.